Célébration de la journée mondiale de l’alimentation à Pissila: Unis contre la faim

05/10/2010

Célébrée conjointement avec la journée de l'excellence à l'école primaire, la journée mondiale de l'alimentation a été commémorée à Pissila, commune rurale de la province du Sanmatenga dans la Région du Centre Nord située à 132 km de Ouagadougou sous le thème « Unis contre la faim ». Ce thème combien évocateur vise à reconnaître les efforts déployés au niveau national, régional et international pour la lutte contre la faim dans le monde.

Souhaitant la bienvenue aux participants, le maire de la commune rurale de Pissila, monsieur Emmanuel BAMOGO s'est réjouie du choix de sa commune pour abriter les festivités de la 30e Journée mondiale de l'alimentation.

Le représentant de la FAO au Burkina a salué le couplage de la journée mondiale de l'alimentation 2010 avec la journée de l'excellence à l'école de la commune rurale de Pissila avant de livrer le message du Directeur Général de la FAO.

En 2010, neuf cent vingt cinq (925) millions de personnes dans le monde souffrent de faim alors qu'en 2009, le seuil critique d'un milliard de personnes a été atteint. Pour le représentant de la FAO au Burkina, « cela est en partie due à la flambée des prix des denrées alimentaires et de la crise financière ». Une pétition en ligne a donc été lancée par monsieur Jacques DIOUF, Directeur Général de la FAO afin de dénoncer le caractère immoral de la situation. Le projet « 1 milliard d'affamés » compte actuellement plus d'un million cinq cent mille signataires. Une invitation est donc adressée à tous les habitants de la planète pour la signature de la pétition afin d'éradiquer la faim dans le monde. Le représentant de la FAO au Burkina a également souligné que « la production alimentaire mondiale devra augmenter de 70 % pour nourrir d'ici à 2050 plus de 9 milliards d'âmes ». Pour cela, l'apport de petits producteurs comme ceux de Pissila demeure plus que nécessaire.

Conformément à son objectif de lutter contre la faim au Burkina Faso, l'Alliance nationale Contre la faim (ACF) à travers son président Monsieur Simon TRAORE, a cette année encore contribué à donner un écho à la journée mondiale de l'alimentation. Il a formulé des propositions concrètes au gouvernement afin de parvenir à la sécurité alimentaire au niveau national. Entre autres propositions, l'octroie d'au moins 15% du budget du gouvernement à l'agriculture pour les 10 prochaines années, l'organisation dans les plus brefs délais des états généraux de la sécurité alimentaire, la mise à disposition de plus de techniciens d'agriculture et d'élevage auprès des producteurs, le développement du réseau routier dans les zones excédentaires vers celles déficitaires.

Pour le ministre de l'Agriculture, de l'Hydraulique et des Ressources halieutiques, parrain de la cérémonie, il a souligné la volonté du Gouvernement à mettre « fin à la faim » au Burkina Faso. Pour lui, plusieurs des solutions sont en application par son département dans tout le pays. Notamment l'intensification de la production agricole sur certaines spéculations dont le maïs, le riz et le haricot qui pourraient devenir l'or blanc des zones semi-arides comme Pissila, la diversification des sources d'alimentation pour un meilleur équilibre nutritionnel. « Je voudrais ici inviter l'ensemble des ménages à diversifier les sources de consommation : la viande, le lait, les œufs, les légumes et les mettre à la disposition de l'ensemble des membres de la famille pour un meilleur équilibre nutritionnel » a ajouté le ministre. Aussi, pour une meilleure organisation du système de sécurité alimentaire « très bientôt, nous ferons les états généraux de l'agriculture et de la sécurité alimentaire au Burkina Faso pour que l'ensemble des acteurs se donnent la main afin que nous puissions définir les voix et moyens pour atteindre très rapidement la sécurité alimentaire », a indiqué le ministre Laurent SEDEGO avant d'inviter les participants à siffler à l'unissions la « fin de la faim » au Burkina Faso et dans le monde.