Atelier national de lancement du processus CountrySTAT Burkina

05/10/2012

Le système CountrySTAT faut- il le rappeler, a été mis en place par la FAO en vue d'appuyer le développement et la mise en œuvre de la base de données mondiale sur l'agriculture et l'alimentation (FAOSTAT). Ce système basé sur l'expérience de plusieurs décennies de la FAO en matière de statistiques agricoles utilise la plateforme PC-AXIS mise au point par les pays nordiques. Le système CountrySTAT a fait l'objet de présentation et de discussions détaillées au cours de plusieurs réunions techniques des statisticiens agricoles africains au niveau international et régional, notamment, lors de la 19e Session de la Commission Africaine des Statistiques Agricoles en 2005 au Mozambique et lors de la 20ème Session en 2007 en Algérie, qui ont recommandé sa mise en œuvre dans les pays membres. La version pays de CountrySTAT fonctionne comme un « guichet unique d'information agricole et alimentaire» et constitue un puissant outil d'harmonisation, d'intégration et de large diffusion des données sur l'agriculture et l'alimentation, de bonne qualité, facilement accessibles au niveau national ; ce qui permet d'optimiser les bases de données nationales déjà existantes et celles à venir.

 

La cérémonie de lancement a connue la participation du Ministre de l'Agriculture, de l'Hydraulique et des Ressources Halieutiques, du ministre délégué de l'Agriculture, de l'Hydraulique et des Ressources Halieutiques, du ministre des infrastructures et du désenclavement, du représentant de la FAO, des ambassadeurs, des gouverneurs, des députés, des représentants des institutions internationales et des autorités locales.

 

Du mot introductif du lancement du processus CountrySTAT

 

Dans son mot introductif, le Docteur Souleymane OUEDRAOGO, Directeur Général de la Promotion de l'Économie Rurale, a d'abord souhaité la bienvenue aux participants et les a remercié d'avoir honoré de leur présence à cette importante cérémonie qui marque l'aboutissement d'un processus qui a débuté depuis mai 2008. Il a ensuite situé le contexte du processus CountrySTAT qui vise à mettre en place un système d'information à la portée des acteurs nationaux dont la gestion leur revient pleinement d'une part et d'autre part l'importance de ce système qui vise à assurer une large diffusion de données statistiques de bonne qualité, facilement accessibles afin de fournir une aide à la décision basée sur les chiffres. Ce système s'inscrit donc comme un outil central du dispositif statistique d'évaluation des performances agricoles et alimentaires de notre pays. Avant de terminer son mot, le Directeur Général a présenté l'objectif principal du système CountrySTAT qui est la compilation de données et des métadonnées sur l'ensemble des enquêtes et recensements agricoles et alimentaires afin d'améliorer leur qualité, leur comparabilité au niveau national et international, les échanges de données ainsi que le renforcement des capacités des acteurs afin d'accroître les capacités statistiques nationales. Deux exposés ont ponctué le menu de lancement :

 

De l'exposé sur la présentation générale de CountrySTAT en Afrique

 

A la suite de mot introductif du Directeur Général, monsieur Paul N'GOMA KIMBATSA, représentant de la division de la statistique la FAO (Rome), a fait un exposé de CountrySTAT au niveau mondial. Cet exposé a rappelé la modernité de ce système d'information qui permet d'organiser, d'harmoniser et d'uniformiser les données provenant de multiples sources afin de les intégrer dans une plateforme commune. C'est un système qui met l'accent sur le renforcement des capacités et son appropriation par les cadres nationaux afin d'assurer la pérennisation des résultats à long terme. Il vise également à promouvoir le partenariat entre différentes institutions statistiques au niveau du pays, notamment l'institut national de la statistique, le ministère de l'agriculture et d'autres institutions concernées. Aussi selon le présentateur, le système CountrySTAT favorise également l'échange de données au sein des pays, entre les pays, et entre la FAO et les pays.